2.Caractéristiques du bâtiment

Examinons-le de plus près. Imaginez une pizza ronde et plate. Vous en découpez une petite part et croquez l’extrémité pointue. Ce qui reste correspond au plan original de la surface du bâtiment Takeyama : étendu du côté rue et étroit à l’arrière, la partie arrière formant l’ancien entrepôt en pierre avec l’aile étroite juste derrière. Le violent tsunami ayant pris sa propre bouchée de l’extrémité, l’aile a disparu et c’est l’entrepôt qui forme l’extrémité. 

 

Regardez maintenant plus bas, en bordure de la rue, et vous devriez voir des lignes formant un trapèze. Il s’agit de l’ancien emplacement du bâtiment principal. À la suite de la catastrophe de 2011, la rue a dû être élargie d’environ un mètre et le bâtiment principal a ainsi dû être séparé de l’entrepôt et déplacé sur le côté, comme si vous coupiez votre part de pizza transversalement. L’annexe comble désormais le vide et relie le bâtiment principal à l’entrepôt, mais ils conservent tous deux leurs lignes effilées d’origine. 

Les singularités continuent à l’intérieur. Les pièces sont ainsi de formes diverses et seulement une d’entre elles est rectangulaire. Même les colonnes et les poutres semblent être de travers, formant tantôt des angles aigus, tantôt des angles obtus, chacune attestant les aptitudes des menuisiers de l’ère Shōwa. 

 

Conscients des précédents incendies, les ouvriers avaient couvert certaines structures de feuilles métalliques, la façade de cuivre et les côtés de fer galvanisé. Il est d’ailleurs encore possible de voir des résidus de fer galvanisé sur le côté ouest. Par endroits, il y avait même une couche de terre en-dessous pour encore mieux protéger le bâtiment des incendies. 

 

L’annexe est récente mais se révèle être un clin d’œil au passé. Elle présente ainsi une cuisine moderne dans laquelle la famille peut cuisiner et même tenir des cours de cuisine. À travers une porte ouverte, vous pouvez profiter d’une vue du bâtiment principal et de l’entrepôt en pierre et sous les pieds se trouve ce qu’on appelle un « doma du 21e siècle », rappelant le doma, ou sol en terre battue d’autrefois. 

 

Audio guide